Bassins à schlamm

Avez-vous entendu chanter les crapauds verts ? Ou admiré un champignon lorsqu’il s’ouvre comme une étoile ? Alphonse Muller, du GECNAL   du Warndt, a observé tout ça. Et c’était dans les bassins à schlamms de La Houve que la SNET exploite. Le GECNAL   du Warndt milite pour sauvegarder la faune et la flore du site.

Les observations du GECNAL   portent sur la préservation de la faune et de la flore utilisant les bassins à schlamms de l’ancien siège II de la Houve : « Autrefois, avant l’installation des Houillères dans la forêt de La Houve, il y avait deux étangs à l’emplacement de l’actuel bassin à schlamms et du terril : les batraciens, comme le Crapaud vert et des espèces de tritons (Triton crêté, Triton ponctué, ...), la Grenouille rousse, sont très probablement présents depuis toujours dans le secteur du Siège II », relève le GECNAL   par la voix d’Alphonse Muller.

Des animaux protégés

"Le chant du Crapaud vert se fait entendre au printemps, saison des amours. On en retrouve écrasés sur les chemins forestiers longeant l’ancien Siège à cause du passage de véhicules", dénonce Alphonse Muller. « Tous ces animaux sont protégés », rappelle-t-il. Des membres du GECNAL   (dont Jean-Félix Andrzejewski et Alphonse Muller) font régulièrement des sorties sur le site.

Une flore pionnière

La flore et les champignons « sont des formes de vie pionnières » à cet endroit. Les terrils et leurs abords immédiats « contribuent à l’enrichissement de la flore mycologique régionale en favorisant l’installation d’espèces rares pour la Lorraine », appuie le spécialiste en mycologie du GECNAL  , Alphonse Robert Muller.

Les oiseaux du site

Les observations menées par le GECNAL   de 1998 à 2005 sur le site des bassins à schlamms du siège II de la Houve ont notamment permis de répertorier un grand nombre d’oiseaux vivant sur le site. Alain Wagner, de Ham sous Varsberg, nous fais part d’une partie de sa liste : le Héron cendré, la Foulque macroule, le Canard colvert, l’Epervier d’Europe, la Buse variable, le Faucon crécerelle, la Tourterelle turque. Il y a aussi un certain nombre de pics : le Pic vert, le Pic noir, le Pic épeichette et le Pic épeiche. Et puis les hirondelles de fenêtre ou rustique. Il y a le Rouge-gorge et le Rouge-queue noir. Et puis une flopée de mésanges : à longue queue, bleue, noire, nonnette ou charbonnière. Dans le registre des oiseaux chanteurs, citons le Coucou gris, la Chouette hulotte, le Loriot d’Europe ou encore le Rossignol philomèle. Au total, une cinquantaine d’oiseaux vivent sur le site.

Partager :