Milieux humides

Les marais engendrent souvent une certaine crainte : mystérieux en automne quand les nappes de brune les enveloppent, lugubres en hiver, étonnants au printemps et en été grâce à leurs plantes rares. Et pourtant, zones humides, tourbières, prés tourbeux et roselières jouent un rôle d’épurateurs de l’eau et agissent comme des éponges car ils retiennent l’eau en période humide pour la rendre par temps de sècheresse. Ce sont aussi de puissants régulateurs hydriques, des zones d’évaporation importantes, mais aussi des zones de refuge pour de nombreuses espèces animales et végétales dont certaines se raréfient actuellement. Ce sont également des « archives du sol ». Les pollens qui se sont déposés au fil des millénaires permettent d’étudier l’évolution du sol et de la végétation.


Partager :

Gecnal du Warndt